lundi 19 mars 2007

Putain de métro (un soir de l'année 2000)

On se regarde sans être vu,
Alors qu'on pourrait se plaire.
Et toute peine perdue,
Notre cœur ne résonne qu'à se taire.

On cherche partout un regard,
Un sourire, une esquisse,
Afin de briser ce cafard
Et cette timidité qui nous pourrissent.

Comme toujours
C'est notre devinette du jour,
A quelle station
Vais-je perdre ma raison ?

A chaque rame
Se trame
Une jeune fille magnifique
Qui sort d'un espoir utopique.

Mais pourquoi êtes-vous accompagnée ?
Alors que mon cœur est lacéré
De cette affreuse trahison
Qu'est la découverte de chaque station !

Je vous regarde pour deviner
Sur l'un de vos doigts,
Qu'une alliance ou une bague manquante ne pourraient révéler
Un cœur à prendre et qui viendrait à moi...

Vous êtes toutes si jolies,
Que nos yeux ne peuvent poser
Leurs petites pupilles
Sur vos silhouettes si joliment dessinées...
... et merde, j'ai loupé ma station !!!
Putain de métro !!!

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Très joli et marrant!

Anonyme a dit…

tellement c´est vrais pendant 4 ans de passage a paris mon espoir de trouver l´âme soeur dépend uniquement sur l`hasard que peut m´aporter une rame de metro.En vain;tellement il ya du monde et des visages,de belles gueles pourtant,mais on se sentent seule,horriblement seule. fuck you paris aujourd´huit je vis en espagne,a valencia, ya pas de comparaison.

Dédé La Mine a dit…

Un vieux druide barbu des Halles raconte que des rencontres amoureuses se produisent dans le métro.
Mais l'abondance de prédateurs incite les paquerettes à ne pousser qu'à l'abri de l'écorce d'un long manteau noir, le regard fixé sur un plan de ligne qu'elles connaissent par coeur.

A en juger par plusieurs messages laissés par des voyageuses sur le blog de la RATP, il y a quand même pas mal de coups de coeurs...

Nora a dit…

"un long manteau noir, le regard fixé sur un plan de ligne qu'elles connaissent par coeur" Bien vu...je peux me reconnaître dans cette phrase.

Dédé La Mine a dit…

Ce petit poème de Djédjé me fait penser à une question que je me pose souvent:
Que se passe t'il dans la tête d'une fille qui vient de s'apercevoir qu'un mec la regardait?
(Alors qu'il a fait vachement attention, le gars: ses regards n'ont pas exécédé les trois dixièmes de seconde au-delà desquels ça devient dangereux; il a fait mine de regarder tout le monde de la même façon (détaché, quoi!), a baillé ostensiblement pour montrer qu'il est déjà très occuppé à lutter contre le sommeil...).

Une question sur laquelle le Docteur Emmett Brown avait plus ou moins promis de se pencher dans "Retour vers le futur". Apparemment il bosse encore. Doit pas être évidente cette énigme...

Djéjé a dit…

Effectivement, on cherche toujours...euh je dirais plutôt : on espère rencontrer notre âme soeur dans le métro ou même le bus, sans chercher réellement soit parce qu'on a peur de rencontrer l'autre à cause de sa timidité (c'était mon cas) ou de se faire traiter de vicieux ou autre comme l'a écrit "dédé la mine".

Fab77_4 a dit…

Les filles attendent qu'on vienne les voir dans les transports! (pas toutes bien sûr mais suffit de bien observer), malheureusement il faut que ce soit le mec qui fasse le premier pas mais souvent on ose pas, peur de se prendre un vent...